Tutoriels

Quand et comment photographier la lune ?

Rédigé par Image Numérique

Photographier notre satellite naturel peut faire passer vos talents photographiques dans une nouvelle dimension. Mais pour cela, vous allez devoir apprendre quand et comment photographier la lune !

La lune est en effet l’une des merveilles de la nature, mais pour l’immortaliser dans vos plus beaux clichés, vous allez devoir d’abord comprendre son fonctionnement et ses principes physiques de base.

Bien que les astrophotographes spécialisés dans les clichés de la lune l’immortalisent souvent à travers de puissants télescopes, un appareil photo avec un téléobjectif de presque n’importe quelle longueur focale est suffisant pour en obtenir de bonnes images. Une des approches des photographies de ce sujet consiste à faire des clichés de la lune dans son plus simple apparat ; une autre étant de s’en servir pour magnifier un paysage, la lune apportant en effet une addition incroyable à un panorama.

Equipement

L’équipement nécessaire est pratiquement le même que pour la photographie de paysage ; un appareil photo reflex numérique de type bridge ou sans miroir, fixé à un trépied solide, et un objectif grand angle ou un téléobjectif classique – par exemple un 70-300mm avec plage focale. Tout système de déclenchement à distance sera bien entendu utile pour ne pas faire vibrer votre appareil au moment du cliché, bien que vous puissiez également choisir la solution du retardateur.

Soyez vigilants, car la lune est une cible mouvante ; sa vitesse en orbite de 3680 km/h combinée aux 1700 km/h de rotation de la terre en fait en effet une cible mouvante. Elle reste néanmoins assez lumineuse pour obtenir des clichés nets et propres avec une vitesse d’obturation relativement rapide.

Comment effectuer la mise au point

Bien que vous puissiez utiliser la mise au point automatique lors de sa montée dans le ciel, ou lorsqu’elle devient visible au coucher de soleil, il est généralement recommandé d’utiliser une mise au point manuelle pour photographier la lune. Réglez manuellement votre objectif en tournant la bague de mise au point à l’infini. Cela requiert un peu de pratique en effet, puisque la majorité des appareils photos peuvent désormais faire une mise au point au-delà de l’infini. Trouver le point exact qui fonctionne pour votre objectif nécessitera du temps, mais aussi de faire pas mal d’erreurs.

Le mieux est d’effectuer quelques clichés tests et de zoomer sur l’écran de votre appareil photo pour analyser rapidement les résultats et vérifier les réglages qui fonctionnent le mieux. Ne sautez pas cette étape ; car seulement une fois celle-ci réalisée correctement, vous pourrez réaliser des clichés de la lune relativement nets et propres.

Comment réaliser l’exposition de la lune

La règle de base est de faire attention à ne pas surexposer la lune – elle est en effet bien plus clarteuse que vous ne pouvez l’imaginer. Ce point n’ayant néanmoins pas la même importance que vous souhaitez photographier la lune seule, ou également le paysage.

Pour obtenir un superbe cliché de la lune isolée, paramétrez votre appareil photo avec un ISO 100 ou ISO 200 avec une ouverture comprise entre f/5.6 et f/11, et ajustez votre vitesse d’obturation entre 1/125 sec et 1/250 sec. Les paramètres précis dépendent bien sûr de votre appareil et seront à ajuster en fonction de la luminosité de la lune, qui dépend de sa phase. Ces réglages sont toutefois de bons paramètres de base.

Prendre une photographie de paysage incluant la lune est un exercice autrement plus périlleux, car durant l’heure bleue, après le coucher de soleil, la lune est déjà trop lumineuse. Donc, si vous utilisez une exposition plus longue pour le paysage, vous surexposerez la lune, et inversement si vous vous focalisez sur la lune, le paysage ne sera pas assez exposé. Que faire alors?

Une des réponses à cette problématique est de photographier la lune juste avant le coucher de soleil lorsque l’intensité lumineuse est plus élevée (elle décroît en effet très rapidement au moment exact du coucher de soleil). Une autre peut être de prendre deux clichés avec une exposition pour chaque et de combiner les images via un logiciel de retouches photo type Photoshop, cette dernière approche pouvant déranger par sa composition artificielle. Une dernière approche est d’exposer la lune et d’utiliser le flash pour éclairer le paysage.

Quand photographier la lune ?

Certains photographes vous diront de toujours photographier la pleine lune, mais on peut presque parler d’une erreur de débutant. En effet, non seulement l’éclat lumineux constitue un véritable challenge technique, mais la parfaite pleine lune est souvent peu intéressante d’un point de vue visuel, et est à ranger dans la catégorie des banalités…

Essayez en effet de la photographier sous d’autres phases, quand vous pouvez ainsi distinguer une limite entre la lumière et l’obscurité. Cette ligne, appelée ligne de séparation permet en effet de voir certains des cratères de la lune projeter leurs ombres à la surface, en particulier au niveau du pôle sud. Vous pouvez la voir la majorité des nuits, les plus belles se situent sans doute les quelques jours avant et après la nouvelle lune. En effet, a cette période, vous pourrez contempler d’un côté un fin croissant lumineux en récession ou en ascension près de l’horizon et le spectre terrestre sur la lune de l’autre.

Comment photographier le spectre terrestre sur la lune ?

Bien que 50% de la lune est en permanence illuminée par le soleil, il y a quelques jours par mois, durant lesquels la terre est impliquée en projetant son spectre sur son satellite naturel, il s’agit là d’un beau phénomène à immortaliser.

Le spectre terrestre, est une ombre terne sur la face non éclairée de la lune qui résulte du reflet de la lumière du soleil sur la surface de la terre, projetée sur la lune, permettant ainsi d’en visualiser malgré tout, les détails. Il s’agit d’un phénomène subtil et envoûtant, relativement facile à capturer si la météo est clémente.

Préparez-vous pour le premier (ou encore le second) coucher de soleil après la nouvelle lune : Utilisez un objectif avec la plus grande distance focale possible et, avec votre appareil sur trépied, paramétrez un ISO 400 et une ouverture de f/2.8 (ou encore plus faible si votre objectif vous le permet) et ouvrez l’obturateur entre une et 4 secondes.

En fait, le spectre terrestre est toujours reflété sur la lune dans une certaine mesure, mais c’est seulement aux alentours de la nouvelle lune que le croissant de lumière est assez fin pour que votre appareil photo puisse faire l’exposition à la fois sur les parties éclairées et les parties d’ombre de la lune.

Les photographies lunaires sont également un bon moment pour en prendre de la voute céleste par la suite, la lune se couchant rapidement après que vous l’ayez photographié, vous pourrez en profiter pour contempler les étoiles et la voie lactée par la suite.

Comment capturer le lever ou le coucher de la lune

Il existe deux exceptions à notre conseil de ne pas vouloir photographier la pleine lune.

La première concerne l’éclipse totale de lune, la seconde lorsque la pleine lune est au lever ou au coucher, il s’agit ainsi d’une superbe alternative au coucher de soleil. La vue de la pleine lune se levant à l’horizon, se teintant tour à tour d’un orange profond, d’un jaune pâle pour atteindre un blanc clair et brillant lors du crépuscule, est un spectacle magnifique. Il s’agit également d’une superbe opportunité de l’immortaliser au-dessus d’un paysage.

Ce spectacle haut en couleur ne dure que quelques minutes et est facile à manquer, mais, à l’instar de tout ce que l’on trouve dans le ciel, il est facile de le prévoir à la seconde ! Vous pouvez ainsi trouver pour chaque jour l’heure exacte de la prochaine pleine lune dans votre position géographique, pour regarder à l’est se lever la lune. Pour commencer, utilisez les réglages suivants : ISO 100, f/10 et 1/125 pour votre appareil.

Vous avez sans doute déjà vu ces photos iconiques où l’on distingue une silhouette de quelqu’un ou de quelque chose, parfois mis en scène au sommet d’une colline, face à une pleine lune géante. Sachez que ces photos ont été extrêmement bien planifiées ; et les outils tels que « Photographer’s ephemeris » ou l’application « Photopills » sont excellents pour vous aider si vous souhaitez composer de tels projets photographiques.

En effet, afin de rendre la lune si grande en arrière-plan, les photographes ont besoin d’utiliser un téléobjectif avec un super zoom d’au moins 1000mm et sont placés à un bon kilomètre et demi au moins de leur sujet pour donner cette impression d’échelle incroyable.

Photographies composites, moon stack et super lunes

Il est possible de photographier la lune et d’ajouter des clichés de paysages en utilisant Photoshop ou d’autres logiciels de retouche. Cependant, pratiquement tous ceux qui se risquent à cet exercice font apparaitre une lune trop imposante, ou la positionnent mal dans le ciel (à un endroit où elle n’apparait jamais, dans le ciel nord pour l’hémisphère nord par exemple).

N’importe qui avec l’œil un minimum avisé prendra les montages pour ce qu’ils sont : des faux. Il y a une exception néanmoins où ces montages peuvent être très intéressants, ce sont les additions de lune aussi appelés moon stack. Dans ce cas, vous prendrez plusieurs clichés de la lune d’un même point alors qu’elle parcoure le ciel. Vous utiliserez ainsi Photoshop pour les additionner et obtenir son trajet dans le ciel en une seule image.

Bien que cela capte l’intérêt des médias et des photographes, ne prêtez pas attention à l’expression de « super lune ». Ce terme relativement récent, donnant l’impression que la lune est significativement plus proche de la terre qu’à l’accoutumée, ce qui n’est en réalité pas le cas. Néanmoins, la lune y apparaît en effet plus large qu’à l’accoutumée lorsqu’elle monte à l’horizon, sa surface paraissant de 10 à 15% plus large. Cela reste malgré tout négligeable a l’œil nu ou au travers votre appareil photo.

Le meilleur moyen d’obtenir un cliché de la lune au plus près – et le seul moyen d’obtenir assez de zoom pour qu’elle apparaisse en entier dans le cadre en même temps – est d’adapter votre appareil photo sur un télescope via un adaptateur T ; cela revenant presque à avoir un très gros téléobjectif. Essayez de trouver un télescope avec une longueur focale de plus de 1000 mm, mais en dessous de 2000mm pour pouvoir la photographier en intégralité.

Peu importe le type de cliché de la lune que vous essayerez de capturer, notre satellite naturel nous donne une bonne leçon sur le rôle crucial du timing pour composer des photographies uniques de paysage et de nature.

A propos de l'auteur

Image Numérique

Commenter