Conseils photo

Le guide des débutants pour photographier les étoiles et le ciel de nuit

Rédigé par Image Numérique

Entre l’immensité des étoiles et la voie lactée, les possibilités de l’astrophotographie sont infinies et cet exercice est bien plus facile que vous pouvez vous l’imaginer

La photographie de ciels nocturnes est une discipline qui se popularise, et internet – Instagram en particulier- est rempli d’images époustouflantes de champs d’étoiles ou encore de la voie lactée

Certaines photos peuvent apparaitre comme des images très travaillées prise par des photographes expérimentés, pourtant le progrès technique induit par les nouveaux appareils photos explique en partie la démocratisation de ce genre photographique

En effet, si vous possédez un appareil avec un bon degré de contrôle manuel, et que le ciel est dégagé, prendre des photographies du ciel nocturne peut être bien plus aisé que ce que vous pouvez penser.

Comment se préparer pour la photographie de ciel nocturne

Bien que vous puissiez utiliser n’importe appareil photo vous permettant d’ajuster votre ISO, ouverture et vitesse d’obturation, un appareil compact avec un capteur d’un pouce ou un appareil photo reflex numérique vous donneront les meilleurs résultats pour ce genre d’exercice, c’est d’autant plus vrai si vous souhaitez capturer la voie lactée.

Un autre équipement pouvant être utile est une lampe torche avec mode lumière rouge, qui vous aidera à préserver votre vision nocturne (pour cela, n’oubliez pas également d’abaisser la luminosité de votre écran LCD pour ne pas être ébloui). Toutefois, on peut dire que l’art de la photographie de nuit en général consiste surtout à savoir manipuler votre appareil au toucher plus qu’à la vue. Un bon exercice d’entrainement pour vous, peut-être d’éteindre toutes les lumières chez vous et essayer de le manipuler dans le noir.

Rappelez-vous de toujours vous préparer pour la fraicheur de la nuit, munissez-vous de vêtements et de boissons chaudes si nécessaire !

Trouver le bon emplacement

Si vous vous souhaitez capturer avec succès les lumières de ces « soleils » distants de centaines et milliers d’années lumières, vous allez avoir besoin de deux choses : Un ciel dégagé et de l’obscurité. Il n’est pas impossible de prendre des photographies de nuit avec la pollution lumineuse des villes – certaines de ces photos sont par ailleurs tendances et de plus en plus prisées – mais il s’agit d’un exercice beaucoup moins aisé.

Pour commencer, l’idéal est de trouver un endroit le plus éloigné possible de toute lumière artificielle, cela ne signifie qu’une chose : aller à un endroit reculé, loin de toute civilisation. Pour l’Europe et plus précisément la France, le site de l’Avex vous permet de vous procurer des cartes de la pollution lumineuse, utiles pour vous en éloigner le plus possible et ainsi profiter des plus beaux ciels. Un autre enjeu aussi crucial que d’éviter la pollution lumineuse, c’est celui de se protéger autant que possible de la lumière de la lune. En effet, planifiez votre session de photographie nocturne entre une semaine avant et quelques jours après la nouvelle lune pour s’assurer que la lueur de la lune soit assez raisonnable entre le crépuscule et minuit pour voir les étoiles distinctement.

Une fois dans le noir, au bon endroit dans une nuit sans lune, réfléchissez à votre composition. C’est une phase bien souvent négligée par les photographes nocturnes, mais pour autant tout aussi importante que pour la photographie de paysage.

Recherchez quelque chose de visuellement intéressant, ou un endroit insolite pour le paysage de fond, comme par exemple une église, un arbre ou encore un lac (pouvant même refléter la lueur des étoiles). Il peut être pertinent d’arriver avant le coucher du soleil pour déjà repérer la bonne scénographie, et ensuite attendez jusqu’à une heure après le coucher de soleil pour commencer à photographier.

Paramétrez votre appareil photo

L’astuce pour réussir vos photographies nocturnes est de laisser entrer autant de lumière du ciel que possible. Cela signifie utiliser l’objectif le plus rapide et avec le plus grand angle possible. Un objectif 10-22mm ou comparable avec une ouverture de f/4 peut être suffisant, mais sachez que la majorité des photographes nocturnes optent plus pour un objectif qui peut atteindre une ouverture de f/2.8 voire moins.

Avant toute chose, paramétrez votre appareil en mode manuel. Faites la mise au point à l’infini, et assurez-vous que l’autofocus est désactivé. Cela vous permettra d’obtenir les étoiles nettes, cependant, trouver la position exacte de votre objectif vous permettant de maximiser cette netteté est une affaire d’essai et d’erreurs.

Réglez la balance des blancs sur le mode tungstène ou jour (rappelez-vous bien que ces paramètres peuvent toujours être modifies à la retouche), et privilégiez le format RAW au format JPEG.

Avec votre appareil fixe sur son trépied pointé dans la direction d’une zone de ciel dégagé, essayez les paramètres suivants pour votre premier cliche : Une ouverture de f/2.8, ISO 800, et une vitesse d’obturation de 25 secondes. Zoomez ensuite sur votre photographie avec votre écran LCD pour vérifiez que les étoiles apparaissent nettes, et essayez d’améliorer la netteté si vous le jugez nécessaire. Continuez à chercher le meilleur réglage, il est en effet plus aisé de tâtonner pour trouver le meilleur réglage au même emplacement que de bouger votre appareil. Ajustez ainsi à chaque cliche pour trouver le meilleur réglage et la meilleure qualité de photographie.

Laissez les paramètres d’ouverture et d’obturation fixes (30 secondes peuvent troubler l’image en raison de la rotation de la terre), et essayez d’augmenter progressivement votre niveau ISO à 1600, 3200 voir plus encore si votre appareil vous le permet (et s’il n’y a absolument aucune pollution lumineuse aux alentours). En effet, s’il existe une infime lueur de réverbère ou une lumière de sécurité aux alentours, utiliser une ISO plus élevé introduira un bruit.

Photographier la voie lactée

Bien qu’il s’agisse d’un hobby des photographes nocturnes, celui-ci requiert de la planification.

Bien que la voie lactée en hiver soit intéressante, elle n’est pas aussi profonde et intense qu’en été. Le mois d’août est la période la plus populaire pour la photographier parce qu’elle descend vers l’horizon au sud aux alentours de minuit. Vous pouvez malgré tout « tricher » un peu en la photographiant à la fin du printemps peu avant l’aube.

Autant que d’un bon timing, vous aurez besoin d’un appareil photo avec au minimum un capteur d’un pouce, pour obtenir de beaux cliches de la voie lactée. N’importe quel appareil photo reflexe numérique plein cadre ou appareil photo compact sophistiqué fera l’affaire. Poussez la sensibilité a un ISO 6400 voir plus élevé encore, et préparez-vous a une longue session de Photoshop ou de logiciel de retouche pour magnifier la voie lactée. Attention, cela peut être très chronophage, mais le rendu est absolument magnifique.

Comment capturer un filé d’étoiles

Encore une fois chronophage, mais techniquement assez simple, une image assez iconique de la photographie nocturne est le filé d’étoiles

En effet, si vous souhaitez obtenir des cercles de lumière, vous devez faire la mise au point sur Polaris, autrement appelée l’étoile polaire. L’axe de la terre étant pointe vers cette étoile, toutes celles autour donnent l’impression de tourner autour dans l’hémisphère nord. Vous pouvez donc juste pointer votre appareil en direction de cette étoile pour trouver le nord. Cependant, si vous souhaitez obtenir des cercles autour d’un objet particulier, un clocher d’église par exemple celui-ci cachant l’étoile polaire, vous pouvez aisément vous reporter à la grande ourse pour trouver le nord.

La manière la plus aisée d’obtenir des cliches propres est de prendre des séries de photos de 30 secondes d’exposition et de les compiler via un logiciel de retouches. Faites l’exposition pour un cliche test de 30 secondes. Si vous êtes satisfaits avec le rendu, en particulier avec la composition et la mise au point, répétez la manipulation 100 fois ! Pour ce faire, paramétrez votre appareil en cliché continu et revenez 40 minutes plus tard.

Lorsque vous revenez chez vous, téléchargez l’application Starstax sur votre ordinateur, déposez-y vos cliches, et elle vous compilera toutes les photos en un superbe file d’étoiles. Si jamais le rendu final contient des lignes en pointillé, il s’agit des lumières d’avion, retouchez les une à une, et recommencez le processus.

Si vous êtes vraiment passionné de ce type de photographies, il peut être utile de sortir avec deux appareils lors de vos sessions photographies nocturnes. Ainsi, avec un des appareils fixe sur un petit trépied vous photographierez un filé d’étoile pendant que, sur un autre trépied vous utiliserez un appareil DSLR pointé sur la voie lactée de l’autre côté. En définitive, pour la photographie de ciel nocturnes, ce dont vous avez le plus besoin est d’un appareil photo avec contrôle manuel, un ciel dégagé et une veste chaude !

A propos de l'auteur

Image Numérique

Commenter