Conseils photo

Comment se préparer au mieux pour un safari photo

Rédigé par Image Numérique

Des plaines du Kalahari et du parc national Kruger jusqu’au Maasai Mara et au Serengeti, la faune majestueuse qui vous y attends ne se contentera pas d’un simple zoom

Êtes-vous prêts pour l’aventure de votre vie ? Photographier les cinq animaux emblématiques de la faune africaine – que sont le lion, le léopard, le rhinocéros, l’éléphant et le buffle noir – sans oublier les non moins fabuleux guépards, zèbres et hippopotames. S’aventurer loin dans l’Afrique rurale comporte son lot de défis techniques qu’il est bon d’anticiper au maximum.

En plus des batteries de rechange et des cartes mémoires grande capacité que vous ne manquerez pas d’emporter, quand vous êtes sur les traces des plus grands prédateurs d’Afrique, vous vous devez d’être au top. Voici ce que vous devez savoir.

Quelles sont les meilleures optiques pour un safari photo ?

Un objectif de 300mm est idéal pour capturer des sujets distants, mais un zoom vous donnera plus de flexibilité.

A-t-on besoin d’un zoom en safari photo ? Si vous ne voulez pas rater l’opportunité photographique de votre vie, alors oui, absolument.

La longueur focale dont vous aurez besoin pour réaliser des gros plans se situe aux environs de 300mm (ou équivalent si vous ne photographiez pas en plein format). Beaucoup de photographes professionnels partent avec beaucoup plus gros, mais un zoom pouvant atteindre les 300mm est un très bon compromis entre l’efficacité, l’encombrement et le prix. De plus, un bon guide réussira toujours à vous amener incroyablement près de vos sujets, surtout dans les réserves privées.

Vous aurez besoin de beaucoup plus de puissance de zoom dans les parcs nationaux car les accès sont souvent restreints et la conduite hors route peut même être interdite. Si vous planifiez de photographier des oiseaux comme des rapaces, des martins-pêcheurs ou des hiboux, tout ce qui à été dit plus haut n’est plus valable, prenez le plus gros zoom possible.

Dois-je prendre un grand angle pour mon safari ?

Votre priorité sera surement de faire des gros plans de l’un des cinq animaux emblématiques de la faune africaine, c’est compréhensible, mais n’oubliez pas que certains animaux sont peu farouches et se laissent approcher de très près et que vous allez aussi traverser de magnifiques paysages naturels.

Du cratère de Ngorongoro en Tanzanie à la réserve du Maasai Mara au Kenya, du delta de l’Okavango au Botswana à la région accidentée du Damaraland en Namibie, là où se trouve le gros gibier, se trouvent souvent aussi les meilleures opportunités pour photographier des paysages magnifiques. Pensez donc à emporter un objectif grand angle correct en plus de votre zoom, pour vous permettre de capturer la beauté des paysages et de faire des gros plans d’animaux sauvages.

Si vous n’avez pas trop de place, vous pouvez vous rabattre sur un petit compact ou une petite action cam pour vos photos au grand angle.

Dois-je m’encombrer d’un trépied ?

Quel genre de photographe de paysages part en sortie sans son trépied ? Bien qu’il soit recommandé de se munir d’un support, il est assez peu probable que vous ayez l’utilité d’un trépied car dans les parcs nationaux ou les réserves privées vous serez la plupart du temps à l’intérieur d’un véhicule.

Ça à l’air contraignant ? Dans la plupart du temps, oui, ça l’est, les chauffeurs qui vous guident sont le plus souvent occupés à choisir la prochaine destination ou à décider par où passer pour quitter les bouchons. Quant à installer un trépied à l’intérieur du véhicule, c’est soit impossible soit vraiment très peu pratique.

Par contre, un support flexible comme un Gorillapod par exemple, vous permettra facilement d’accrocher votre appareil aux barres de votre véhicule.

Plutôt que d’emporter un trépied classique préférez-lui une version flexible comme le Joby GorillaPod SLR-Zoom , que vous pourrez utiliser accroché aux barres de sécurité de votre véhicule ou que vous utiliserez simplement pour stabiliser votre matériel. Sinon, un monopode peut être utile là où un trépied n’aurait pas sa place.

Pensez à prendre une télécommande filaire ou sans fil pour minimiser les vibrations lors du déclenchement surtout au téléobjectif. Chaque chose compte quand on veut les meilleures photos.

Qu’en est-il des bean bags et autres supports ?

Dans un safari guidé, vous n’aurez pas le loisir de descendre du véhicule quand ça vous chante. Un support comme un simple bean bag est d’autant plus indiqué. Vous pouvez l’emporter vide, tout ce que vous aurez à faire sur place, c’est trouver un peu de riz ou de sable et il se transformera en un support très pratique pour caler votre appareil ou son objectif.

Ce sont des considérations pratiques qui s’appliquent à la photographie animalière de manière générale, mais si vous partez en safari en conduisant vous-même, non seulement sortir de votre véhicule peut s’avérer potentiellement dangereux, mais c’est aussi la plupart du temps contre productif car vous deviendrez plus repérable et la plupart des animaux prendrons la poudre d’escampette.

Considérez plutôt votre véhicule comme un support, baissez la vitre et posez votre objectif sur un bean bag  en forme de U qui se cale sur la portière. Une autre technique moins coûteuse consiste à adapter une simple frite de piscine sur la portière pour en faire un support confortable pour votre appareil photo.

Si vous avez prévu de marcher, regardez du côté des harnais et des bandoulières comme le Joby UltraFit Sling Strap  ou le Lowepro Topload Chest Harness , pratiques pour avoir votre appareil toujours à portée de main.

Comment protéger son appareil photo

Le sable et la poussière se glissent partout lorsque vous êtes en safari et ils peuvent causer de sérieux problèmes à votre appareil photo. Tout dépend bien sûr de votre destination, mais de manière générale, attendez-vous à devoir nettoyer votre matériel tous les jours.

Tout d’abord, munissez-vous de filtres protecteurs pour vos optiques (ainsi que de filtres polarisants). Vous pouvez maintenant vous occuper de vos boîtiers, vous les protégerez de la poussière et des chocs en utilisant ce genre de coques de protection en silicone comme easyCover, disponibles pour la plupart des modèles de reflex elles incluent également une protection pour l’écran LCD arrière.

Un filtre UV protègera efficacement la lentille frontale de votre objectif

Autre détail important, préférez un sac photo que vous connaissez et que vous avez déjà eu l’occasion d’utiliser plusieurs fois avant votre voyage ; car il n’y a rien de plus ennuyeux que de saisir son nouveau sac et de voir son appareil photo tomber par terre car vous n’étiez pas encore habitués à son système de fermeture.

C’est lors des changements d’objectifs que votre appareil est le plus exposé. Le meilleur conseil à retenir est d’éviter de démonter son objectif dans des endroits trop sableux ou poussiéreux pour limiter au maximum le dépôt de poussières ou de saletés diverses sur le capteur de votre appareil. Vous pouvez sinon emporter deux boîtiers pour vous épargner cette corvée, mais c’est tout de suite beaucoup moins pratique.

Quand vous rentrerez au camp ou sous votre tente, un simple soufflet en caoutchouc comme le Giottos GTAA1900 Rocket Air Blower  suffira à vous assurer que votre lentille est exempte de poussière, vous pourrez donc en changer l’esprit tranquille. Assurez-vous également d’avoir une bonne protection pour vos cartes mémoires ; un étui spécifique comme le Beeway   vous assure une protection supplémentaire.

Comment s’équiper pour la brousse

Cette considération peut vous paraître étrange, mais les vêtements que vous porterez peuvent affecter très fortement le genre de photos que vous serez en mesure de prendre.

Les couleurs neutres sont toujours préférables aux tenues colorées et voyantes. Tout ce qui contraste trop fortement avec l’environnement, vous rendra facilement repérables par les animaux sauvages qui n’auront pas tendance à se laisser approcher, voire qui s’enfuiront carrément en courant. Vous pourrez dire adieu aux plans rapprochés. La solution : portez des couleurs qui se fondent facilement dans le paysage, comme du kaki, du vert olive, du gris, ou encore toute la gamme de bruns.

D’autres pièces spécifiques seront à ajouter à votre garde robe de voyage. Il est fort probable que vous restiez assis plusieurs heures à l’arrière d’un véhicule ouvert au petit matin, qui peut être assez froid. N’hésitez pas à emporter un bonnet, à vous munir d’une veste légère ou d’un sweatshirt à capuche et de prendre une écharpe ou un tour de cou pour vous garder au chaud. Le mieux est d’emporter quelque chose qui rentre facilement dans votre sac photo. Dans tous les cas, les manches longues, et les pantalons sont essentiels pour vous protéger des moustiques et des mouches tsé-tsé qui ne manqueront pas de vous importuner. Des bottes de marche ainsi qu’un chapeau à bords larges sont aussi conseillés.

Apprendre à voyager léger

Ne vous faites pas piéger par les grosses valises rigides. Vous allez surement vous promener avec votre sac photo souple tout le temps avec vous, mais ne vous laissez pas tenter par une valise rigide avant d’avoir vérifié votre itinéraire.

Si vous prenez un vol intérieur dans un petit avion, les restrictions en matière de poids sont souvent très strictes. C’est parfois un casse-tête pour les photographes, il est en général plus judicieux de transporter ses vêtements et ses autres accessoires non photographiques dans un sac à dos ou une valise souple.

Premièrement, vérifiez les règles et les restrictions sur tous les vols de votre séjour – sans oublier les vols touristiques – avant de partir de chez vous. Deuxièmement, sachez exactement combien vous emportez en utilisant un pèse bagage électronique comme le Beurer Travelmeister LS-50 , qui est également doté d’une torche LED et d’une batterie portable de 5,000mAh.

Tout ça peu sembler beaucoup, mais concentrez-vous surtout sur l’essentiel, Partir en safari photo consiste surtout à tirer le maximum de l’équipement judicieusement choisi et bien emballé qui va vous accompagner.

A propos de l'auteur

Image Numérique

Commenter